Chronique de Carolle – Le cerveau de Kennedy

Résumé du livre Un thriller entre Suède et Afrique, fusion des thèmes chers à Mankell : les turpitudes du monde contemporain, la  complexité des rapports mère/fils, la mort omniprésente, et surtout les ravages du sida en Afrique, face à l’indifférence des Occidentaux. L’intrigue se concentre autour de la quête d’une mère. Louise Cantor, 54 ans,Poursuivre la lecture de « Chronique de Carolle – Le cerveau de Kennedy »

La chronique de Carolle – 3096 jours

Récemment, des amis et moi avons offert à Carolle une caisse de livres pour souligner son anniversaire. À cette occasion, nous l’avons invitée à partager ses impressions de lecture via mon blogue, question de nous faire découvrir des titres et des auteurs. Voici donc son premier commentaire. Résumé du livre Le 2 mars 1998, Natascha Kampusch,Poursuivre la lecture de « La chronique de Carolle – 3096 jours »

L’empreinte de l’ange

Paris, 1957. Dans l’effervescence de l’après-guerre, trois personnages hors normes : Saffie (prononcez Zaffie), une jeune Allemande ayant fui son pays, Raphaël, Français de la haute bourgeoisie, flûtiste de grand talent dont la renommée deviendra mondiale, et Andrās, un Juif hongrois, luthier de son métier, venu chercher lui aussi en France, dans ce pays qu’on luiPoursuivre la lecture de « L’empreinte de l’ange »

Les chaussures italiennes

En exergue de ce livre, une citation : L’amour est une main douce qui écarte lentement le destin. Écho à ce que Mankell illustre dans Les chaussures italiennes, soit que l’amour permet de renaître et de vivre encore, au-delà de la douleur, de la peur, de la honte, des regrets et des remords. Au-delà de nosPoursuivre la lecture de « Les chaussures italiennes »

Naissance d’un pont

Je suis saisie dès les premières pages par cette écriture qui crépite, nerveuse comme une rafale de mitraillette, virile, toute en muscle et complètement déjantée. Un ton de mâle, un sujet de mâle. 300 pages à faire saliver n’importe quel ingénieur : en toile de fond, la construction d’un pont, ses questions de sous-sol, de structure,Poursuivre la lecture de « Naissance d’un pont »

La carte et le territoire

Lorsque j’ai refermé, hier, La carte et le territoire de Michel Houellebecq, prix Goncourt 2010, j’aurais pu le ranger dans la section des livres lus et à prêter de ma bibliothèque et passer à autre chose. Ce fut mon premier réflexe. Et puis non, je me suis dit qu’il importait que je m’explique en quoiPoursuivre la lecture de « La carte et le territoire »

Ténèbres et lumière

 À l’ombre du parasol, le velours du vent sur la peau, l’émeraude de la mer au coin de l’œil, fondue dans la lumière du ciel, je referme mon livre comme on fermerait une porte grinçante sur un monde de fureur et de ténèbres. Il ne peut pas y avoir contraste plus saisissant que mon hiverPoursuivre la lecture de « Ténèbres et lumière »

L’homme inquiet

C’était sa dernière enquête. C’était d’ailleurs inscrit en petites lettres sous le titre : L’homme inquiet. La dernière enquête de Wallander*. Cruel Henning Mankell! Si vous ne le connaissez pas, je vous recommande chaudement cet auteur et la série d’enquêtes avec ce détective si attachant : Kurt Wallander. On se prend à aimer ce policier plus humainPoursuivre la lecture de « L’homme inquiet »

Yourcenar, la magnifique

Je viens de terminer la lecture de Bibi de Victor-Levy Beaulieu, un roman époustouflant dont je vous reparlerai bientôt. Mais en attendant, je vous suggère une oeuvre qui date mais qui n’a pas pris une ride. Quel bonheur intense que la découverte des Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar, recueil vieux de plusieurs décennies et pourtantPoursuivre la lecture de « Yourcenar, la magnifique »

Un trip sans fumée

Les chefs-d’œuvre ne sont pas toujours nos premiers choix de lecture. C’est une chance, sinon, nous serions vite à court. Ils sont rares, c’est vrai, mais ils font peur aussi. J’en ai toute une liste en réserve dont je diffère la lecture sans arrêt. Mais voilà que le hasard d’une bibliothèque m’a mis entre lesPoursuivre la lecture de « Un trip sans fumée »

Lecture : La convocation de Herta Müller

Je dois d’abord avouer que je ne connaissais aucunement le nom de cette écrivaine, prix Nobel de littérature 2009. Ma mauvaise conscience libérée par cet aveu, je me sens maintenant capable de rendre compte de la lecture de ce livre étonnant. La convocation… le titre résume le livre. C’est un titre sec, dépouillé, gris. Qui aPoursuivre la lecture de « Lecture : La convocation de Herta Müller »

L’énigme des détours

C’est une lente méditation, une spirale de vie qui tourne sur elle-même en s’enfonçant au cœur des commencements. L’énigme du retour de Dany Laferrière. C’est mon premier contact avec l’écrivain. Je ne peux dire s’il écrit toujours avec cette même économie de mots et d’effets. Et pourtant quelle poésie! À chaque ligne. On ne saitPoursuivre la lecture de « L’énigme des détours »

%d blogueurs aiment cette page :