Vaticanum

En bref Un pape qui n’est pas nommé (mais on ne peut s’empêcher de penser à François) est enlevé par une cellule de la République islamique. Il n’en faut pas plus pour que beaucoup prêtent foi aux prophéties selon lesquelles le pape actuel serait le dernier. Il se trouve que l’historien et cryptanalyste, Tomás Noronha,Lire la suite « Vaticanum »

L’ignorance

Je ne sais plus d’où me vient ce petit livre de Kundera, L’ignorance. On me l’a sans doute donné… Pas certain que je l’aurais acheté, n’étant pas particulièrement entichée de cet auteur par ailleurs adulé par tant de lecteurs. Je me souviens d’avoir lu L’insoutenable légèreté de l’être sans pour autant avoir été conquise. LaLire la suite « L’ignorance »

Le lauréat, le maître et la star

Le lauréat Dernier opus de mon merveilleux cadeau de Noël, Sept vies, dix-sept morts est un recueil de nouvelles auréolé du Prix du livre d’Ottawa. Alain Bernard Marchand y conjugue la filiation et la mort en plusieurs temps et divers lieux. Je ne suis pas particulièrement amatrice de nouvelles, heurtée par la disparition trop rapideLire la suite « Le lauréat, le maître et la star »

Remonter l’histoire

Taqawan, c’est le nom [d’] un saumon qui revient dans sa rivière pour la première fois. C’est aussi le titre d’un petit roman singulier et bouleversant d’Éric Plamondon, prix France-Québec de littérature. Mais il est difficile de parler d’un livre d’une facture aussi originale. La trame de fond En trame de fond, il y aLire la suite « Remonter l’histoire »

Les faces obscures du pouvoir

                      Le propos Candice, 20 ans, sillonne les rues de Londres sur son vélo de coursière pour payer ses cours de théâtre. Le reste de son temps, elle le passe en répétition avec sa troupe, que des filles, pour jouer Richard III de Shakespeare. C’est l’hiver 1978-1979, l’hiver du mécontentement en Angleterre alors que les grèves se multiplientLire la suite « Les faces obscures du pouvoir »

Lectures de voyage

Ma découverte d’un auteur archi connu Le premier m’a été laissé par des amis lors de leur passage à Sunny Isles. Je comptais en faire ma lecture de voyage, mais je l’ai malheureusement terminé avant même de partir. C’est vous dire comment il était captivant.  L’engrenage L’engrenage de John Grisham met en scène trois jugesLire la suite « Lectures de voyage »

Aux antipodes…

Le droit à la différence Gaspard de la nuit, Prix Femina Essai 2018, est une réflexion à la fois intime et philosophique sur le handicap mental d’un frère. Élisabeth de Fontenay est une vieille dame qui se penche sur la culpabilité et l’incompréhension qu’a toujours suscitées ce frère pas comme les autres. Vieille dame ou pas,Lire la suite « Aux antipodes… »

Le sillon

Lorsque j’ai visité la Turquie, il y a de ça environ 13 ans, Erdoğan, depuis peu premier ministre, soulevait beaucoup d’espoir. Pourtant, notre guide, Günseli, s’inquiétait déjà de la montée de l’intégrisme musulman qui agitait les campus universitaires. Des signes épars laissaient entrevoir un effritement de la laïcité si chère à Kemal Atatürk, père deLire la suite « Le sillon »

Petite musique lascive

Les musiques se suivent, mais ne se ressemblent pas. Après douce et la lancinante, en voici une pour le moins lascive.  Le propos Un homme, dont la femme gagne honorablement sa vie en publiant un roman chaque année, abandonne son bureau d’architecte pour se mettre lui aussi à la fiction. Pas si facile, semble-t-il, deLire la suite « Petite musique lascive »

une musique douce

Dans mon dernier billet, je me demandais ce qui nous fait rester de glace devant un roman que d’autres encensent. La question pourrait tout aussi bien être inversée. Qu’est-ce qui nous jette en bas de notre chaise en lisant certaines œuvres ? Qu’a de si admirable La neuvième heure d’Alice McDermott ? Alors même que je savourais ceLire la suite « une musique douce »

Petite musique lancinante

Pourquoi un livre qui a su gagner le cœur des membres d’un jury (prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec) laisse-t-il le nôtre de glace ? Rien n’est plus mystérieux parfois. Le jeu de la musique ne m’a pas davantage séduite qu’une chanson de Louis-Jean Cormier. Comprenez-moi bien, je ne porte aucun jugement de valeur surLire la suite « Petite musique lancinante »

La froideur de l’absence

En bref… François et sa fille Bahia sont emportés au large par une vague scélérate qui les cueille alors qu’ils marchaient sur le rivage. François avait 47 ans, sa fille, 10. Un appel nocturne apprend la terrible nouvelle à l’auteur, Michaël Ferrier. François et Michaël avaient noué dès l’adolescence une amitié profonde dont ni leLire la suite « La froideur de l’absence »

%d blogueurs aiment cette page :