La blessure des origines

Bouleversante lecture que celle de La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette. Bouleversante par la souffrance qui coure sous les lignes, comme un sang noir dans les veines de la nuit. Suzanne Meloche, jeune Ontarienne à qui le père a inculqué l’amour de la langue française, gagne un concours d’art oratoire, à Montréal, au milieu des annéesPoursuivre la lecture de « La blessure des origines »

%d blogueurs aiment cette page :