Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘La Nostalgie de l’honneur’

C’est peu dire que La Nostalgie de l’honneur m’a laissée perplexe. L’auteur, Jean-René van der Plaetsen, y trace un portrait sensible et admiratif de son grand-père, le général Crépin, qui s’illustra, entre autres, en secondant le général Leclerc aux dernières étapes de la Seconde Guerre mondiale. Parmi les premiers à refuser la capitulation de la France, il fit le pari risqué de suivre De Gaule et Leclerc. Son métier le mènera aussi en Indochine et en Algérie dans la foulée des guerres de décolonisation. Il s’illustrera par la suite dans la mise à niveau de la France sur le plan de l’armement. Un homme de guerre, quoi, mais un homme de principe, de fidélité et d’honneur. Cet honneur dont l’auteur est si nostalgique.

Si certaines pages sont touchantes, d’autres m’ont laissée de glace. Celles où l’auteur fait avec lyrisme l’apologie de la chose guerrière, quand étudier une bataille napoléonienne, c’est comme déchiffrer la partition d’un livret baroque ou classique. Si pour lui, il n’y a pas de métier plus noble que celui des armes, j’ai personnellement beaucoup de difficulté à amalgamer les notions de beauté, d’esthétisme, de noblesse à celle de la guerre. Le mot n’évoque pas pour moi le panache des uniformes, l’élégance d’une manœuvre, mais plutôt les chairs éclatés, les vies en cendre. En fait, dire que ces propos m’ont laissé indifférente n’est pas exact. Ils m’ont plutôt choquée. Comme si quelqu’un me décrivait avec émotion la beauté du champignon atomique.

Qu’on ait attribué le Prix Interallié à l’auteur pour ce livre ne m’empêchera pas de penser qu’il s’agit du portrait idéalisé d’un homme d’exception et d’une apologie dérangeante de «l’art» militaire et guerrier.

Jean-René van der Plaetsen, La Nostalgie de l’honneur, Grasset, 2017, 237 pages

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :