Autopsie d’une catastrophe annoncée

Si j’avais un reproche à adresser à Ian McEwan, ce serait la brièveté de ses romans. Ce qui est du moins le cas pour les deux que j’ai eu le bonheur de lire coup sur coup. Car on en prendrait encore et encore de cette écriture sensible à l’extrême aux tâtonnements du cœur humain. Sur laLire la suite « Autopsie d’une catastrophe annoncée »

%d blogueurs aiment cette page :