Soudain, la terreur

J’ai choisi au hasard un titre, Soudain, seuls, d’Isabelle Autissier, auteure chaudement recommandée par mon amie Pascale. Une histoire qui m’a prise à la gorge et ne m’a pas laissé souffler un instant. Le propos Jeune trentenaire, Ludovic a vécu une enfance et une jeunesse dorée. Deux échecs professionnels lui mettent en tête un désirLire la suite « Soudain, la terreur »

Lecture Solaire

Ian McEwan est sans contredit un grand maître de la littérature anglaise. Et Solaire en constitue une démonstration éblouissante. En bref La présentation du bouquin, en page 440, se lit ainsi : Chauve et rondouillard, Michael Beard a atteint la cinquantaine plus que mûre. Il a dans le temps obtenu le prix Nobel de physique ; depuis, ilLire la suite « Lecture Solaire »

Quand le coeur n’y est pas

Habiller le cœur a peu charmé le mien. Pourtant ce livre, prêté par une amie qui l’avait dévoré, semble avoir conquis de nombreux lecteurs. Je vous réfère d’ailleurs immédiatement à une élogieuse critique de La Presse. Pour ma part, ce récit autofictionnel m’a laissée sur mon appétit. J’aime l’autofiction de manière générale tout comme j’apprécieLire la suite « Quand le coeur n’y est pas »

En rafale

L’allume-cigarette de la Chrysler noire m’a reposée de Querelle de Roberval. Qui ne connaît pas encore la verve de Serge Bouchard, son regard singulier sur tout ce qui l’entoure, sa capacité à en tirer des sens qui échappent le plus souvent aux gens pressés que nous sommes ? Serge Bouchard s’intéresse à tout, parle de tout.Lire la suite « En rafale »

La grande noirceur

Aussi apprécié que soit un livre par les instances chargées de distribuer les prix littéraires, il arrive occasionnellement que ce même livre nous tombe des mains. Ce qui fut le cas pour Querelle de Roberval dont je me suis tout de même astreinte à lire la moitié. Qu’est-ce qui ne m’a pas émue dans cetteLire la suite « La grande noirceur »

Le passé comme ingrédient constitutif du présent

Le propos Les écrivements, ce sont ceux de Jeanne, octogénaire rebelle, qui part sur les traces de Suzor, son mari, ayant quitté la maison avec fracas après 20 ans de mariage. Faut dire que leurs années de mariage avaient été marquées par une étrange et traumatisante expérience en Russie… Durant cette éclipse d’une quarantaine d’années,Lire la suite « Le passé comme ingrédient constitutif du présent »

Voyage gratuit au Tibet

Sylvain Tesson est un grand voyageur, un essayiste de talent et un poète. Ses livres émanent le plus souvent d’expéditions trépidantes sur des trajectoires improbables. C’est l’homme du mouvement. Pourtant, dans La panthère des neiges couronné du prix Renaudot 2019, c’est un Tesson immobile et contemplatif qu’on rencontre. Et ce, grâce à Vincent Munier, célèbre photographeLire la suite « Voyage gratuit au Tibet »

Une remise en question

Le choc des réalités Marie Darrieussecq, c’est une voix, comme on dit en littérature. Une voix singulière à laquelle je mets toujours du temps à m’habituer. Dans La Mer à l’envers, je retrouve son écriture hachurée, chaotique, comme les pensées et les émotions de Rose, qui passe Noël en croisière, avec ses deux enfants, unLire la suite « Une remise en question »

Le Québec et De Gaulle

Je ne suis pas une mordue de politique. Lorsque j’ai acheté ce bouquin sur de Gaulle, je n’étais pas entièrement convaincue d’y trouver mon intérêt. Eh bien ! j’étais dans le champ ! Ce livre se dévore comme  un roman.  De Gaulle. Les 75 déclarations qui ont marqué le Québec, c’est son titre. Son auteur : Roger Barrette, historien deLire la suite « Le Québec et De Gaulle »

La langue rempaillée

Un vent de fraîcheur soufflerait-il enfin sur un peuple soucieux de la qualité de sa langue parlée ? Notre indélogeable complexe d’infériorité face aux cousins d’outre-mer, les Français, bien sûr, serait-il en voie de prendre du plomb dans l’aile ? Canarder les préjugés C’est à voir, mais c’est explicitement le but poursuivi par Anne-Marie Beaudoin-Bégin, linguiste, spécialisée enLire la suite « La langue rempaillée »

Comme une naissance

Je n’avais rien lu d’Alexandre Desjardins avant aujourd’hui. Ses romans pourtant bien reçus par une foule d’admirateurs ne m’attiraient pas. Pour la simple raison que les livres heureux ont peu d’attrait pour moi. Des livres qu’il qualifie lui-même de gais, légers. Et voilà que je tombe par hasard sur Des gens très bien. Je savaisLire la suite « Comme une naissance »

Comme dans une cathédrale

Imaginez… Vous pénétrez dans l’ombre de Notre-Dame de Paris, avant l’incendie. Immédiatement, vous baissez le ton, vous ralentissez le pas. Vous admirez avec humilité les piliers et les voûtes de pierre grise doucement irisée par le soleil qui tombe des vitraux. Quelque chose en vous s’élève, s’élargit, oublie momentanément tout ce que la vie recèleLire la suite « Comme dans une cathédrale »

%d blogueurs aiment cette page :