Bondrée: quand les frontières poreuses ne peuvent contenir la violence des hommes

Un bon roman policier… 1967, dans un coin perdu, à la frontière du Québec et du Maine. La frontière, la boundary, la bondrée dira Pierre Landry, trappeur ensauvagé, Canuck (prononcez Canok), c’est-à-dire cette sorte d’apatride issu de la migration massive des Canadiens Français vers les États-Unis, un bout du cœur attaché à la terre deLire la suite « Bondrée: quand les frontières poreuses ne peuvent contenir la violence des hommes »

%d blogueurs aiment cette page :