D’après un histoire vraie inventée

Delphine de Vigan signe, avec ce roman couronné du prix Renaudot, une œuvre brillante et captivante. D’après une histoire vraie nous plonge dans un thriller psychologique qui nous tient jusqu’à la dernière page tout en nous entraînant dans une réflexion sur les frontières entre le réel et le fictif.

Un suspense captivant

D’entrée de jeu, on apprend que la narratrice, une écrivaine prénommée Delphine (comme l’auteure) n’arrive plus à écrire un seul mot. La sortie récente de son dernier livre, une œuvre autobiographique qui a mis au défi, et possiblement en péril, l’équilibre de ses relations familiales, l’a laissée fragile, ébranlée. C’est à ce moment qu’elle fait la rencontre d’une femme avec qui elle développera un lien intime, fusionnel et potentiellement inquiétant. Bien que la Delphine du récit fait tout pour ne pas s’en inquiéter, justement.

d'aprèsL’histoire est menée avec lenteur, Delphine (le personnage) tentant de comprendre a posteriori la nature de sa relation avec celle que Delphine (l’auteure) a astucieusement prénommée L. Elle retrace pas à pas, mot à mot, leur histoire, les indices qu’elle aurait dû relever, les faits qu’elle aurait dû vérifier, distillant dès le départ une obscure tension qui va croissant à mesure qu’on saisit comment L. prend possession de son amie, comment elle s’infiltre, s’installe, s’incruste. Tout cela est absolument convaincant et si vraisemblable qu’on ne peut que s’interroger à tout moment sur le caractère autobiographique du récit.

Une réflexion tout aussi captivante

Et voilà toute la beauté de la chose. Cette mise en abyme (l’écrivaine se servant d’elle-même comme personnage dans une fiction) est menée avec une parfaite maîtrise. On en perd nos repères, notre capacité à démêler le vrai du faux, le réel du fictif, sans pour autant perdre le fil du récit. Une autre lecture du roman nous est ainsi proposée. L’auteure, par les voix de L. et de sa narratrice homonyme, par leurs échanges sur ce qui vaut la peine ou pas d’être publié, sur les attentes des lecteurs et des éditeurs, l’auteure, dis-je, réfléchit sur le métier d’écrivain et sur le sens de l’œuvre littéraire.

«Car le livre n’est rien d’autre qu’une sorte de matériau à diffusion lente, radioactif, qui continue d’émettre, longtemps.»

Les auteurs tout comme les lecteurs de récits autobiographiques ou de fiction se posent un jour ces questions. Où se trouve la frontière entre la fiction et le réel ? Jusqu’à quel point ce qu’on tient pour vrai l’est-il vraiment ? Quelle part des souvenirs est fabriquée par le besoin de rendre cohérent un récit de soi-même plein de trous ? Quelle part de réel alimente le récit qu’on dit d’imagination ? Quelle est la valeur relative de l’œuvre d’imagination par rapport aux œuvres autobiographiques ? Que cherchent les lecteurs ? Que cherchent les auteurs, les éditeurs ? Toutes ces questions, l’auteure les soulève au gré de ses angoisses d’écrivaine en panne d’écriture, donnant une profondeur substantielle à son excellent suspense psychologique.

«Même si cela a eu lieu, même si quelque chose s’est passé qui ressemble à cela, même si les faits sont avérés, c’est toujours une histoire qu’on se raconte. On se la raconte. Et au fond, l’important, c’est peut-être ça.»

Lors d’une rencontre avec ses lecteurs, Delphine (le personnage) dit ceci : «D’ailleurs, ce pourrait être un projet littéraire, écrire un livre entier qui se donnerait à lire comme une histoire vraie, un livre soi-disant inspiré de faits réels, mais dont tout, ou presque, serait inventé.» Voilà exactement le projet littéraire qu’a mené avec brio Delphine de Vigan dans D’après une histoire vraie. 

En un mot : j’ai adoré !

 

Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie, JC Lattès, Paris, 2015, 479 pages.

 

 

2 réflexions sur “D’après un histoire vraie inventée

  1. Merci encore de nous faire partager tes lectures… Au rythme actuel, dois-je en conclure que le temps et la température sont propices à la lecture???

    Denyse

    >

    • En effet, le temps floridien est toujours sous l’emprise d’El Nino et bien en dessous des valeurs habituelles. Mais je ne lis pas moins lorsqu’il fait beau et chaud, bien au contraire, car c’est une de mes occupations préférées sur la plage. Or la plage, je ne l’ai visitée que quatre ou cinq fois depuis le 1er janvier! Quand la chaleur va revenir, je vais retrouver ma vitesse de croisière.

Laisser un commentaire