Écrire sur un nuage 

Bien calée dans une Adirondack, les pieds nus dans l’herbe fraîche, caressée par le vent chaud de l’été qui daigne enfin faire un crochet par ici, le regard perdu sur le fleuve si large que l’autre rive semble être un pays étranger, ou dans mes mots qui me font voyager dans un univers plus vaste que moi, j’écris. Je suis à Saint-Jean-Port-Joli depuis dimanche pour un camp littéraire avec sept autres chanceuses (incluant un chanceux), de belles personnes. Deux anges gardiens veillent sur nous: une écrivaine professionnelle qui nous guide et nous accompagne dans les dédales tortueux du langage et la directrice générale du camp qui veille à tout et aplanit les obstacles pour que nous n’ayons à penser qu’aux mots qui font la fête. Nous logeons à l’Auberge du Faubourg ou chaque repas est un petit festin. La journée de travail commence par un atelier, suivi de plusieurs heures d’écriture et se termine par la lecture des textes de chacun et chacune, un festin encore plus nourrissant que celui de la table. Je suis comblée, gavée, heureuse. 

La vue depuis ma chambre

Une réflexion sur “Écrire sur un nuage 

  1. Très beau texte qui rend hommage à cet endroit où j’ai fait une halte tout aussi ressourçante il y a deux ans.

Laisser un commentaire