Soulagement et déception

Ah! Ce moment où on clique surcapture-decran-2016-09-21-a-09-18-57 …(entendez ici un gros soupir).  J’imagine que je ne suis pas la seule à vivre ça, l’envoi à l’éditeur de la dernière version du manuscrit, l’impression de ne pas pouvoir faire mieux tout en sachant que l’oeuvre est plus qu’imparfaite. Un soulagement de ne plus avoir à y toucher après l’avoir lu et relu, modifié, corrigé, relu, recorrigé. Et tout en sachant qu’une lecture de plus entraînerait d’autres modifications. Un soulagement et une déception. On n’a pas tout à fait réussi à faire le livre qu’on avait dans la tête. Et l’espoir de se reprendre au prochain qui vous trotte déjà dans la tête depuis des mois. Voilà comment je me sens ce matin.

Il y a aussi le plaisir de vous annoncer que sa production est en cours. Dans les obscures officines de la maison d’édition, on lui concocte une page couverture en accord avec l’histoire et le titre. Tout est encore secret pour moi, son allure, sa date de sortie. J’ai très hâte de le voir enfin en chair et en os de papier et de vous le présenter. Bientôt…

4 réflexions sur “Soulagement et déception

  1. Belle amie, Le mot de Cambronne pour la suite des événements. J’ai hâte de te lire à nouveau. Lise

    Envoyé de mon iPad

    >

  2. Chère Carmen, je te comprends un peu. Quand je termine une toile et que je la regarde par la suite, avec du recul, je vois…

    Je te souhaite du plaisir et le bonheur de l’avoir écrit lors du lancement. Et plusieurs lecteurs pour partager ce plaisir. Ton homonyme 🙂

    • Je crois vraiment que tous les artistes, les grands comme les petits comme moi, vivent ça. Alors faut faire avec. Merci pour ta compréhension. Nous sommes quand même chanceuses d’avoir le bonheur de pouvoir nous adonner à notre passion, alors faudrait peut-être pas que je m’apitoie sur mon sort. 😉

      • Tu as raison mais je pense qu’avec la passion vient un peu d’insécurité. Elle a été inscrite dans mes gènes de fille à la naissance 🙂 Alors je prends cela avec philosophie en me disant 1) que c’est beaucoup plus enrichissant que de ne rien faire; et 2) que j’en retire beaucoup. Au plaisir.

Laisser un commentaire