Autres Premières nations, même drame

Je vous avais déjà parlé avec beaucoup d’enthousiasme d’Olivier Truc et de ses enquêtes de la police des rennes. La Montagne rouge, paru en 2016, conclut une trilogie démarrée avec Le dernier Lapon suivi du Détroit du Loup. Cette fois-ci, la patrouille P9, composée de Klemet et de Nina, quadrille le sud de la Laponie, ou Sapmi dans le langage des Sami (Lapons), à la frontière de leur territoire ancestral et des terres des fermiers et forestiers. Les tensions sont très fortes entre les descendants des Premières nations et ceux qu’ils appellent les Suédois. L’élevage du renne et l’exploitation forestière semblent incompatibles. Les tensions sont d’autant plus vives que s’achève un procès à la Cour suprême de Suède, procès dont le but est d’établir une fois pour toutes les droits des uns et des autres. La question de fond consiste à déterminer si les Sami occupaient le territoire avant les Européens, ou s’ils sont des envahisseurs arrivés du Nord après l’établissement des Européens. Aidé de la patrouille P9 et de deux scientifiques dont les intentions ne sont pas tout à fait claires, Petrus, le chef des Sami, tente de trouver des preuves de cette présence ancestrale. Le temps presse, car le procès tire à sa fin et le juge n’acceptera aucun report.

UnknownLa révélation du traitement affligeant réservé au Sami au cours des siècles par les Suédois nous renvoie sans cesse à nos propres démons, aux actions honteuses posées par le Canada envers les occupants initiaux du territoire. Dans le cas des Sami, on parle de rabaissement à un sous-ordre d’humains sur la base de caractéristiques physiques dûment mesurées et consignées, on parle aussi de stérilisation forcée, de dépossession, de tromperie. On découvre de plus le commerce des squelettes et des crânes qui a fasciné les savants et explorateurs des siècles passés et la profanation des sépultures qui en a résulté. Il faut dire que l’histoire commence par la découverte d’un squelette ancien qui pourrait bien appuyer la cause des Sami en Cour suprême, mais dont il manque le crâne.

Klemet se frottait surtout à un visage de la Laponie nouveau pour lui. En Laponie norvégienne, la présence ancestrale et première des Sami n’était contestée par personne. Les conflits étaient d’une tout autre nature. Des conflits pour le droit à utiliser la terre aussi, face aux compagnies minières ou pétrolières. Ici, il en allait de leur droit même à l’existence. On les voyait comme des immigrés, illégitimes sur ces territoires, et cette histoire de crâne ne lui disait rien de bon.

La Montagne rouge a moins soutenu mon attention que les deux premiers tomes de la trilogie dont j’avais tant apprécié l’effet de dépaysement. L’action était un peu trop lente à mon goût. Restait le plaisir de retrouver des personnages auxquels je m’étais attachée. Restait surtout la leçon d’histoire, la terrible leçon d’histoire.

Les quelques pages de remerciement, à la fin du livre, impressionnent par l’étendue des recherches menées par l’auteur pour écrire sa trilogie. Olivier Truc sait de quoi il parle.

Olivier Truc, La Montagne rouge, Éditions Métailié, Paris, 2016, 461 pages

SaveSave

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s