Vaticanum

En bref

Un pape qui n’est pas nommé (mais on ne peut s’empêcher de penser à François) est enlevé par une cellule de la République islamique. Il n’en faut pas plus pour que beaucoup prêtent foi aux prophéties selon lesquelles le pape actuel serait le dernier. Il se trouve que l’historien et cryptanalyste, Tomás Noronha, bien connu des lecteurs de J. R. Dos Santos, venait tout juste de se voir confier par le Saint-Père une enquête informelle sur un vol de documents dans les locaux du Vatican. Tomas se plonge aussitôt, tête baissée, dans la recherche du pape, recherche ponctuée d’obstacles et de découvertes surprenantes sur la marche des affaires à la Banque du Vatican.

Haletant

Vaticanum, du prolifique Dos Santos, nous entraîne dans une course contre la montre véritablement haletante. Mais qui connaît cet auteur sait que son premier but est pédagogique. Mêlant fiction et réalité, il tente, dans ses romans, de faire le tour d’un dossier, ici les pratiques criminelles de certains grands argentiers de l’Église. La masse d’information que Dos Santos veut livrer à ses lecteurs a parfois pour effet de ralentir la cadence du récit et même de provoquer des invraisemblances, notamment sur le plan temporel. Ceci étant dit, j’ai dévoré cette histoire malgré les changements de rythme et quelques tics d’écriture un peu agaçants à la longue.

Extrait

Nous sommes devant une absence absolue de contrôle des dépenses, bon nombre desquelles n’ont d’ailleurs aucun sens pour une institution qui a vocation à aider les pauvres. Les cardinaux de la curie, par exemple, vivent confortablement dans des logements luxueux de quatre cents à six cents mètres carrés, dans les quartiers les plus chers de Rome. Leurs appartements ont des salles d’attente, des antichambres, des salles de réception, des salons de thé, des salles de prières, des bureaux, des bibliothèques…

Mise en garde

Le tableau que dresse Dos Santos de la gestion des finances du Vatican, tableau rigoureusement appuyé par une documentation exhaustive, achève de miner la crédibilité d’une Église dont les méfaits sexuels ne cessent de remonter à la surface. Avis aux lecteurs réticents à remettre en question leur estime de cette antique institution.

J. R. Dos Santos, Vaticanum, HC Éditions, coll. Pocket, 2017 pour l’édition en langue française, 740 pages

Laisser un commentaire