Biz, l’écrivain engagé

Il y a des gens qu’on prend un réel plaisir à écouter. Biz est de ceux-là. Bien sûr parce qu’il a la parole généreuse, abondante et vivante. Mais aussi parce qu’il nous parle un langage dans lequel nous nous reconnaissons.

Biz en séance de dédicaces

Rappelons que Biz faisait partie du groupe Loco Locass, un groupe de hip-hop québécois, formé de Biz, Batlam et Chafiik. Il est surtout connu pour la défense du français et ses prises de position politiques, particulièrement pour son engagement en faveur de la souveraineté du Québec, nous dit Wikipédia. En 2010, Biz se tourne vers l’écriture et publie Dérive. Son oeuvre compte déjà 6 titres et quelques prix.

Biz se qualifie lui-même de cynique, cette position qui place l’auteur en retrait du monde et le cantonne dans une position de non-engagement. Rien ne semble plus faux. En effet, si son regard sur le monde est caustique, tout son propos traduit sa volonté de témoigner de la réalité du Québec, de mettre en scène des personnages reflétant la réalité du monde «ordinaire», c’est-à-dire de ces gens qui ne font pas partie de l’élite, mais qui se débattent avec la vie et sont plus souvent perdants que gagnants. Il se dégage de cette intéressante entrevue l’impression d’avoir rencontré un homme profondément engagé et Québécois jusqu’à la moelle.

De son style, je ne peux rien vous dire, n’ayant encore rien lu de son oeuvre, ce qui ne saurait cependant tarder. Voici les deux titres qui m’attendent sur mes étagères au retour des Correspondances d’Eastman.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :