Du bonheur en feuilles

Dominique Fortier, Les villes de papier, Alto, 2020, 185 pages

Une biographie hors norme d’une poétesse également hors norme. Une approche très personnelle, toute en sensibilité et en poésie.

À lire, l’article du Devoir.

Prix Renaudot Essai 2020

***

Marie-Hélène Lafon, Histoire de fils, Buchet Chastel, 2020, 171 pages

André est le fils de Gabrielle et d’un amant qui ignore l’existence de l’enfant. André est élevé en région, par sa tante et son oncle. Pour eux, il est le fils inespéré après la naissance de trois filles. De même, pour les cousines, il est le frère qu’elles n’ont pas eu. Tout le monde adore André. Ce qui ne l’empêchera pas de sentir en lui une brèche qu’il tentera de combler en cherchant à découvrir l’identité de son père. En peu de pages, l’auteure nous fait traverser un siècle. On sort de cette lecture avec la conscience du caractère essentiel des racines et de la fugacité d’une existence. Vertige.

À lire sur France Culture

***

Etienne de Montety, La grande épreuve, Stock, 2020, 300 pages

Dès le début du roman, on sait à quoi s’attendre. Deux jeunes barbus entrent dans une église, armés de couteaux, durant une messe à laquelle n’assistent qu’une poignée de personnes. Puis l’auteur nous ramène en arrière et nous montre les rouages en action, qui vit mener à l’assassinat du vieux prêtre. J’ai commencé le livre avant le souper et je n’ai pu aller me coucher que lorsque je l’ai eu terminé. Autopsie poignante d’une société clivée entre ses groupes sociaux et religieux ainsi que des mécanismes qui soutiennent la radicalisation de certains de ses membres.

Lire l’article du Nouvel Observateur

Un avis sur « Du bonheur en feuilles »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :