Mon amie est partie…

…comme ça, presque sans prévenir. Presque sans larmes. Sans cracher au ciel. Sans ruer dans les brancards. « Terminus », m’a-t-elle dit. Confiante d’un envers. D’un revers à ce monde féroce. Rassurée qu’on soulage les souffrances et les angoisses insupportables. Sereine. Sans doute a-t-elle connu ses moments de tristesse et de frayeur. Pour ma part, jusqu’à la dernière fois, je ne l’ai vu que sourire.

Le temps d’une dernière fête, d’une dernière étreinte du regard, le temps…

Si peu de temps pour me faire à l’idée de son absence. Si peu de temps pour réaliser que cette amie qui me tenait le cœur au chaud, cette femme qui rendait possible la parole, que cette âme était en fin de course, à bout de souffle, à bout de vie.

Comment se peut-il que cela arrive sans qu’on l’ait vu venir? Savait-elle en quelque par dans les profondeurs de sa chair que le temps fuyait de toute part? Que la cale prenait l’eau par-dessous la mer calme et trompeuse?

Et pour moi qui ne crois en rien, elle est partie sans espoir de retrouvailles dans l’éther ou dans quelque autre dimension. Me reste ma peine. Me reste aussi la mémoire de cette chaleur humaine, de cette confiance du cœur qui me permettait de me reposer sur quelqu’un, le temps d’une rencontre. Me restera la certitude que la quiétude n’existe pas que dans l’amour, mais aussi dans l’amitié et qu’il est de ma responsabilité de la chercher, de la construire. Me restera de beaux et de chauds souvenirs, émanations du passé dont est fait le présent.

2 réflexions sur “Mon amie est partie…

  1. Chère amie, grand merci de me faire l’honneur de partager ce blogue avec toi qui exprime si bien avec des mots, l’essence même du ressenti qui fut le mien lors du décès de ma précieuse amie Mado, qui s’en est allée vers l’inconnu il y a déjà 3 ans mais qui me rappelle souvent à son souvenir à travers les oiseaux, les papillons, les chenilles à poils et les fleurs qu’elle affectionnait tant.

  2. Ah! La mort! La comprendre, l’accepter… surtout si l’on croit comme toi et moi qu’il n’y a rien derrière l’écran de la vie et que l’on ne reverra jamais ceux que l’on a perdus…

    Merci pour ce beau témoignage qui m’aide à nourrir ma réflexion sur la grande réalité de la vie : sa fin.

Laisser un commentaire