Chronique de Carolle: À l’ombre du clocher, Les années folles de Michel David

Résumé

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le village de Saint-Jacques-de-la-Rive, village comme il existait tant au Québec à cette époque où la vie à la campagne dominait encore le paysage de la province, essaie de retrouver la vie paisible d’avant l’épidémie de grippe espagnole. Dans le petit village, tout se sait. L’église et le magasin général sont des lieux de rencontres entre les paroissiens. Si des liens privilégiés se tissent, certaines animosités aussi s’expriment et divisent le village. Ernest Veilleux dirige un clan alors qu’Eugène Tremblay lui fait face; au centre des petites disputes, le curé, le maire et le député occupent les sièges convoités par chacun des clans qui souhaitent ainsi accroître son influence dans le village. Mais si les pères se détestent toujours autant, les enfants semblent être attirés les uns vers les autres. Par ailleurs, le curé Lussier dirige ses ouailles de main de maître alors que Germain, un peu naïf et peu gâté par la nature, se fait piéger par une jeune orpheline, servant au presbytère, qui cherche un mari. En toile de fond se dessinent les luttes politiques où rouges et bleus se disputent pour obtenir la construction d’un pont promis par le fédéral depuis si longtemps. Bref, un petit monde agité par les passions et les drames où les larmes ne sont jamais bien loin du rire.

http://www.editionshurtubise.com/catalogue/1553.html

Commentaire de Carolle

Quel roman! J’ai tout simplement adoré. Dès les premières pages, l’auteur a su capter non seulement mon attention, mais également mon grand intérêt. Dès le début, j’ai eu le goût de connaître ces gens, de découvrir comment ils vivaient, ce qu’ils ressentaient. Son style est vivant, descriptif comme si on connaissait et reconnaissait ces gens. Car non seulement le récit est-il captivant, mais il me rappelait le temps de mes grands-parents. Que d’expressions, que de croyances j’ai reconnues pour les avoir entendues de mes grands-parents et même de mes parents! Je me suis attachée à ces personnages de telle sorte que j’ai acheté les trois autres tomes de cette saga. C’est un roman qui m’a fait vivre et revivre toutes sortes d’émotions. J’ai lu cette brique de 572 pages en un temps record, car il m’était presque impossible de ne pas connaître le dénouement de toutes les intrigues situées dans un Québec pas si lointain et pourtant, combien différent de celui d’aujourd’hui par ses valeurs, ses traditions. Le langage utilisé par l’auteur est celui de l’époque, mais sans être aucunement irritant. Je me suis surprise à plusieurs moments à décrier les comportements de certains personnages et à en admirer d’autres. Quel beau roman et que j’ai hâte de commencer la lecture du deuxième tome!

À l’ombre du clocher, Tome 1, Michel David, Éditions Hurtubise, 2006.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s