La pilule empoisonnée

La lecture n’en finit plus de m’enchanter. Quand suspense, connaissances, humanisme et plaisir esthétique s’amalgament entre deux couvertures, comment ne pas être subjuguée?

Ce dernier bonheur en date m’a été offert par un grand bonhomme dont je viens (à ma honte) de faire la rencontre : John le Carré. L’œuvre : La constance du jardinier.

jardinierTessa a été assassinée et Arnold est disparu. La situation plonge les membres du Foreing Office en poste à Nairobi dans l’eau chaude. Ainsi démarre l’histoire. Tessa, c’est la femme d’un diplomate du Foreing Office, avocate de formation, qui milite auprès des plus démunis du pays. Elle est secondée par Arnold Bluhm, médecin africain. Leur action les amène à découvrir la tragédie qui se joue sur fond de prescription d’un médicament supposé vaincre à peu de frais la tuberculose qui sévit encore dans certaines parties du monde. Si la molécule miracle produite par une pharmaceutique canadienne et mise en marché par une entreprise suisse est prometteuse, elle a cependant le défaut d’avoir été commercialisée trop vite. Et les Africains qui servent de cobaye à l’expérimentation meurent en grand nombre d’effets secondaires réfutés par des rapaces avides de profits. Tessa fait des pieds et des mains pour alerter les membres du Foreing Office afin que ceux-ci interviennent auprès des autorités compétentes et aptes à suspendre la commercialisation du produit, le temps de le mettre au point. Devant l’inertie des siens, Tessa s’adresse à d’autres instances, aux compagnies elles-mêmes, au gouvernement anglais, toujours sans succès. Il faut comprendre que ces révélations risquent d’éclabousser beaucoup de monde: les entreprises concernées, mais aussi les dirigeants corrompus du pays et certains hauts gradés du Foreing Office… Et voilà. On la fait taire à tout jamais. Le scandale serait peut-être étouffé si ce n’était de la constance du jardinier, Justin, le mari de Tessa tenu jusqu’à ce moment à l’écart des activités de sa femme.

Le livre nous en apprend beaucoup sur les rouages du pouvoir des grandes pharmaceutiques: magouillage des résultats de recherche et méthodes quelquefois terrifiantes de censure, silence des diplomates sur les entorses aux droits de la personne quand rien d’autre ne compte que les intérêts du pays qu’ils représentent, bâillonnement des scientifiques trop scrupuleux. En un mot, les dérives auxquelles peut mener la soif de profit. À ce sujet, voici ce qu’en dit l’auteur dans les notes de fin de livre:

Mais je peux vous dire une chose: à mesure que j’avançais dans mon périple à travers la jungle pharmaceutique, je me suis rendu compte que, au regard de la réalité, mon histoire est aussi anodine qu’une carte postale de vacances.

Et que dire du style de l’auteur. Époustouflant. Alerte. Brillant. Grinçant à l’occasion.

Gloria Woodrow était une de ces épouses modèles de diplomates résolues à toujours voir le bon côté des choses. Et si l’horizon ne s’éclaircissait pas, elle éclatait d’un rire franc et disait : «Eh bien, nous voilà tous dans le même bain!», cri de ralliement invitant les gens concernés à se serrer les coudes et à endosser sans se plaindre les misères de la vie. Fidèle ancienne des écoles privées qui l’avaient façonnée, elle les tenait régulièrement informées de son parcours et se repaissait des nouvelles de ses congénères. Pour l’anniversaire de la fondation, elle envoyait chaque année un télégramme de félicitations fort spirituel, généralement en vers pour que personne n’oublie qu’elle avait remporté le prix de poésie. Séduisante sans recherche, notoirement bavarde surtout lorsqu’il n’y avait pas grand-chose à dire, elle adoptait cette affreuse démarche dandinante qu’affectent les Anglaises de sang royal.

Paru en 2001, le roman a été adapté au cinéma en 2005. Sans avoir vu ce film, je pense qu’il n’a pu en subsister que l’ossature tant ce récit est construit sur les longs interrogatoires de divers protagonistes, interrogatoires qui livrent peu à peu toutes les clés de l’affaire.

Un grand livre. Un grand auteur.

 

John le Carré, La constance du jardinier, Éditions du Seuil, 2001, 450 pages, (version numérique)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s