Entre peur et lucidité

«Le maître des lettres anglaises», «le meilleur écrivain contemporain», des superlatifs dont use sans hésitation François Busnel, chef d’orchestre de La grande librairie, pour présenter Ian McEwan qu’il recevait, le 23 octobre 2015, pour parler de L’intérêt de l’enfant. Un court roman que j’ai dévoré en deux soirées. Magistral!

enfantCette histoire bien tassée illustre le dilemme d’une magistrate aux affaires familiales soudainement plongée dans une crise morale et amoureuse. À 59 ans, Fiona Maye, femme sans enfant, mène une brillante carrière de juge, cherchant à chacun de ses jugements à s’élever au-dessus des intérêts souvent mesquins des parties pour assurer celui des enfants qui sont en cause. Déjà ébranlée par un jugement difficile concernant la séparation de frères siamois, confrontée à un mari sexuellement insatisfait qui lui demande son autorisation pour vivre une aventure extra-conjugale, Fiona est bouleversé par sa rencontre avec Adam, un jeune homme de 17 ans, leucémique. Une transfusion sanguine est essentielle pour donner une chance de réussite aux traitements médicaux qu’il reçoit. Or, Adam est Témoin de Jéhovah et, tout comme ses parents et sa communauté, il s’oppose radicalement à cette transfusion. La juge devra prendre parti : doit-on imposer la transfusion ou peut-on considérer qu’à l’approche de ses 18 ans, Adam est en droit de prendre une décision qui risque de lui coûter la vie? Fiona rendra son verdict. Mais les conséquences de celui-ci sur sa vie personnelle seront tout aussi imprévisibles que déroutantes.

L’intérêt de ce livre tient à plusieurs aspects. L’auteur, comme s’il était lui-même du clan, nous fait pénétrer dans l’univers fascinant et si peu souvent abordé des juges, et dans celui particulier et confrontant des affaires familiales.

Elle avait l’impression […] qu’à la fin de l’été 2012 en Grande-Bretagne, le nombre de divorces, de séparations, et le désarroi afférent montaient comme une monstrueuse marée d’équinoxe, emportant des familles entières, dispersant les biens et les projets d’avenir, noyant ceux qui ne possédaient pas un instinct de survie suffisamment solide.

Mais plus encore, ce qui nous happe, c’est la difficile question de l’intérêt de l’enfant, la frontière floue entre le jugement lucide de la professionnelle et la peur qui brouille ce jugement lorsque le sujet devient plus personnel. Quelle est la responsabilité morale de la juge Maye lorsqu’elle sort de la cour et que l’enfant s’adresse à Fiona, à la femme?

Riche en questionnements, L’intérêt de l’enfant met en scène des personnages complexes et crédibles portés par une écriture limpide, élégante, précise. Ce roman nous laisse avec des passants qui risquent de s’installer à demeure dans ce drôle de centre d’hébergement qu’est la mémoire de nos lectures.

Ian McEwan, L’intérêt de l’enfant, Gallimard, 2015, 160 pages

Une réflexion sur « Entre peur et lucidité »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s