La chronique de Carolle – 3096 jours

Récemment, des amis et moi avons offert à Carolle une caisse de livres pour souligner son anniversaire. À cette occasion, nous l’avons invitée à partager ses impressions de lecture via mon blogue, question de nous faire découvrir des titres et des auteurs. Voici donc son premier commentaire.

Résumé du livre

Le 2 mars 1998, Natascha Kampusch, alors âgée de dix ans, est enlevée sur le chemin de l’école. Pendant 3 096 jours, huit ans et demi, son bourreau, Wolfgang Priklopil, la garde prisonnière dans une cave d’environ cinq mètres carrés, près de Vienne. En août 2006, elle parvient, par ses propres moyens, à s’enfuir. Priklopil se suicide le jour même. Dans ce récit bouleversant, Natascha Kampusch révèle les circonstances de son enlèvement, le quotidien de sa captivité, sa terrible relation avec son ravisseur et la façon dont elle a réussi à survivre à cet enfer.

Commentaire de Carolle

Déjà 15 jours que j’ai terminé ce livre et pourtant il m’habite encore. Que d’émotions, que de réflexions et que d’indignation ce livre a suscitées en moi! Natascha raconte son enlèvement et comment elle a vécu et même survécu durant ces 7 années qu’a duré sa séquestration. J’ai aimé la façon dont elle a décrit son histoire. Oui il est question de mauvais traitements, de torture, mais elle ne tombe jamais dans le sordide. Au tout début, j’éprouvais énormément de peine pour cette petite fille enlevée puis au fur et à mesure, j’ai admiré sa force, sa résilience, sa façon de s’y adapter afin de souffrir le moins possible. Et ce qu’elle dénonçait dans l’éducation ou le style affectif de sa mère est ce qui l’a sauvé. Des phrases comme « dans la vie, il faut faire des efforts, faut pas se plaindre et cacher ses émotions ». Et ce qui m’a également beaucoup troublée c’est lorsqu’elle dit que c’est parce qu’elle est une enfant qu’elle a pu s’en sortir, car, à son avis, aucun adulte n’aurait pu s’adapter à ce psychotique qui la séquestrait. Et le plus étonnant avec sa lucidité d’adulte, elle est quand même capable d’en faire l’analyse objectivement.

Son style d’écriture a fait en sorte que j’ai vécu avec elle, et la preuve en est que 15 jours plus tard, j’y pense encore et j’en suis encore troublée. Comment un être si fragile en apparence (enfant de 11 ans) peut-il être aussi fort tout en se sentant incapable en plusieurs occasions de saisir sa chance à cause de la peur intense qu’elle ressentait? Quelle leçon de vie, quel courage, quel équilibre! Je me suis sentie rassurée lorsqu’elle dit à la fin de l’écriture de ce livre (4 ans après sa libération) commencer à revivre. Ouf! Elle le mérite amplement. Quelle belle et déchirante lecture que ce fut!

3096 jours de Natascha Kampusch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s