Dépendance, quand tu nous tiens…

Me voilà de nouveau retombée sur mes pieds, ou presque, après une autre chevauchée sur l’infernale monture qu’est Jo Nesbø, auteur prolifique de thrillers haletants. Je vous renvoie à mes commentaires concernant le livre Police pour vous faire une idée de l’état dans lequel nous met une telle lecture.

Fantôme est immédiatement antérieur à Police, dernier livre de la série. Harry Hole revient de Hong Kong où il est allé cacher sa déchéance et tenter de dompter ses démons dont le pire est sans doute l’acool. Ce qui le ramène en Norvège? Son fils adoptif accusé du meurtre de son partenaire-dealer, Gusto. Nesbø en profite pour nous tracer un portrait dévastateur du business de la drogue dans son pays pourtant réputé pour sa qualité de vie. Encore une fois, il nous fait passer par toutes les gammes de l’émotion avant de conclure sur un Harry Hole baignant dans son sang avec une balle dans la tête. Or dans Police, on sait qu’il s’en remettra et qu’il deviendra professeur d’école de police. Je ne brûle plus que de lire toute la série des romans antérieurs à ces deux derniers opus de la série, en commençant par L’Homme chauve-souris.

Jo Besbø, Fantôme, Folio policier, 2014, 231 pages

Laisser un commentaire