Le bruit des images

Parfois, j’allume le téléviseur pour m’informer des dernières turbulences de ce monde. À peine a-t-elle entamé la nouvelle que la lectrice disparaît derrière des images censées illustrer son propos. Pareil pour l’expert. Dès qu’il a prononcé quelques mots, on préfère à son visage des projections qui passent et repassent en boucles infernales. Je cherche dansLire la suite « Le bruit des images »

Mon amie est partie…

…comme ça, presque sans prévenir. Presque sans larmes. Sans cracher au ciel. Sans ruer dans les brancards. « Terminus », m’a-t-elle dit. Confiante d’un envers. D’un revers à ce monde féroce. Rassurée qu’on soulage les souffrances et les angoisses insupportables. Sereine. Sans doute a-t-elle connu ses moments de tristesse et de frayeur. Pour ma part, jusqu’à laLire la suite « Mon amie est partie… »

Le lac Ferland

Il existe au nord du 50e parallèle, dans l’austère panorama de la Basse-Côte-Nord, un lac unique, unique comme toute chose qu’on aime. C’est le lac Ferland. Sur la carte, on peine à le localiser dans le déchiquètement de terre et d’eau de cette région. Pour l’atteindre, il faut suivre durant plus de 9 heures laLire la suite « Le lac Ferland »

Lecture : La convocation de Herta Müller

Je dois d’abord avouer que je ne connaissais aucunement le nom de cette écrivaine, prix Nobel de littérature 2009. Ma mauvaise conscience libérée par cet aveu, je me sens maintenant capable de rendre compte de la lecture de ce livre étonnant. La convocation… le titre résume le livre. C’est un titre sec, dépouillé, gris. Qui aLire la suite « Lecture : La convocation de Herta Müller »

Ventres de femmes

ce ne sont pas corps de parade ce ne sont pas chair à caméra c’est pire encore corps de chair avec plein de cœur dedans avec de l’âme à ras-bord ce sont des ventres crus et nus comme de vrais ventres ventres de femme comme des soleils mortels ventres de femme si semblable au nôtreLire la suite « Ventres de femmes »

L’énigme des détours

C’est une lente méditation, une spirale de vie qui tourne sur elle-même en s’enfonçant au cœur des commencements. L’énigme du retour de Dany Laferrière. C’est mon premier contact avec l’écrivain. Je ne peux dire s’il écrit toujours avec cette même économie de mots et d’effets. Et pourtant quelle poésie! À chaque ligne. On ne saitLire la suite « L’énigme des détours »

Les traces de nos pas

D’un côté la mer Cousue à l’horizon De l’autre côté la ville Adossée contre le ciel La mer clapote ou gronde Ondule ou roule sa fureur Camouflant le gouffre Sous ses innocentes crêtes Que le vent retrousse Comme une pluie inversée La ville de verre se tient debout Grince ou rugit Grouille, s’agite ou s’énerveLire la suite « Les traces de nos pas »

Un début du monde

Un jour, Dieu sépara la terre et les eaux et il vit que cela était bon. Ce jour-là, il eut peut-être une distraction et oublia un large pas du sud de la Floride – les Everglades. La terre et les eaux s’y confondent. Seules quelques routes tracées de main d’homme, comme pour pallier la divineLire la suite « Un début du monde »

Le langage nous met au monde

Hector Biancotti dit ceci: «Rien de ce qui peut n’être nommé n’existe vraiment. Les mots mettent la vie au monde. Nous font humains. Les mots sont le matériau de la conscience. Sans eux, l’instinct, la vie animale brute, méconnue, l’absence.» Seuls les mots ont le pouvoir d’extraire la vie du limon dont elle origine etLire la suite « Le langage nous met au monde »

Les mots m’intéressent. Entendez le langage, l’expression des idées, des émotions, des images. Je m’intéresse à l’écriture, à la lecture, à l’édition et à tout ce qui entoure le monde de la parole avec un petit p. Et je rêve de la Parole avec un grand P. C’est de tout cela dont j’ai envie deLire la suite

%d blogueurs aiment cette page :