Des ondes de choc sans fin

Le Fémina 2017 pointait le doigt vers les industriels allemands qui ont financé Hitler et ont nourri leurs usines à même la chair des camps. Le Renaudot dirige le sien vers Joseph Mangele, l’Ange de la mort, le médecin charognard d’Auschwitz-Birkenau.

mangeleLa guerre est finie. Comme tant d’autres Mangele s’est enfui en Amérique du Sud, accueilli par le complaisant régime d’Argentine. En Allemagne, la florissante entreprise d’instruments aratoires des Mangele continue de prospérer et pourvoit aux besoins du fuyard qui vit sous le nom d’Helmut Gregor. Ce ne sera pas son seul nom d’emprunt. Car il a peur, Gregor, il cache son identité, fuit la société. À Nuremberg les têtes des hauts gradés roulent. Suicide, exécution, emprisonnement. Mais Mangele n’a pas été sommé de comparaître. Peu à peu il reprend confiance, se fait des amis, se lance en affaire. Les années passent. Tout semble redevenu possible sous le règne des Perón. Sous son véritable patronyme retrouvé, Mangele fréquente la diaspora nazie mais se tient à l’écart de ses velléités de retour au pouvoir. Il mène sa petite vie confortable sous l’aile d’alliés indéfectibles.

Mais c’était sans compter sur Fritz Bauer (juge allemand, juif), le Mossad (services secrets israéliens) et Simon Wiesenthal, ce rescapé des camps qui fera de la chasse aux nazis sa raison de vivre. Mengele entreprend alors une fuite en avant qui n’aura de fin qu’avec sa mort.

Olivier Guez, l’auteur de ce livre passionnant, est d’abord un journaliste et un essayiste qui s’est beaucoup intéressé à cette période noire de l’Histoire et à son délire eugéniste de la race pure. Dans une œuvre fouillée, il suit son homme à la trace, fidèle aux faits connus. Cependant, comme il l’explique dans la partie consacrée aux sources et à la bibliographie (imposante) : « Certaines zones d’ombre ne seront sans doute jamais éclaircies. Seule la forme romanesque me permettait d’approcher au plus près la trajectoire macabre du médecin nazi. »

La Disparition de Josef Mangele est un livre admirablement construit et écrit. L’intérêt qu’il suscite montre bien qu’on n’en a pas fini avec la folie qui s’est emparée de l’Europe pour embraser le monde, et dont on ressent encore aujourd’hui les ondes de choc.

Olivier Guez, La Disparition de Josef Mangele, 2017, 237 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire