Une remise en question

Le choc des réalités Marie Darrieussecq, c’est une voix, comme on dit en littérature. Une voix singulière à laquelle je mets toujours du temps à m’habituer. Dans La Mer à l’envers, je retrouve son écriture hachurée, chaotique, comme les pensées et les émotions de Rose, qui passe Noël en croisière, avec ses deux enfants, unPoursuivre la lecture de « Une remise en question »

Le Québec et De Gaulle

Je ne suis pas une mordue de politique. Lorsque j’ai acheté ce bouquin sur de Gaulle, je n’étais pas entièrement convaincue d’y trouver mon intérêt. Eh bien ! j’étais dans le champ ! Ce livre se dévore comme  un roman.  De Gaulle. Les 75 déclarations qui ont marqué le Québec, c’est son titre. Son auteur : Roger Barrette, historien dePoursuivre la lecture de « Le Québec et De Gaulle »

La langue rempaillée

Un vent de fraîcheur soufflerait-il enfin sur un peuple soucieux de la qualité de sa langue parlée ? Notre indélogeable complexe d’infériorité face aux cousins d’outre-mer, les Français, bien sûr, serait-il en voie de prendre du plomb dans l’aile ? Canarder les préjugés C’est à voir, mais c’est explicitement le but poursuivi par Anne-Marie Beaudoin-Bégin, linguiste, spécialisée enPoursuivre la lecture de « La langue rempaillée »

Comme dans une cathédrale

Imaginez… Vous pénétrez dans l’ombre de Notre-Dame de Paris, avant l’incendie. Immédiatement, vous baissez le ton, vous ralentissez le pas. Vous admirez avec humilité les piliers et les voûtes de pierre grise doucement irisée par le soleil qui tombe des vitraux. Quelque chose en vous s’élève, s’élargit, oublie momentanément tout ce que la vie recèlePoursuivre la lecture de « Comme dans une cathédrale »

Quand le temps nous manque…

…pour rendre compte, et non pour lire 😉 Boulot, voyage, et quoi encore ne m’ont pas laissé le temps de vous parler de mes dernières lectures. L’irrévérence Avant de partir en voyage, j’ai lu rapidement un petit bouquin prêté par une amie, Soif, d’Amélie Nothomb, qui m’a bien plu. L’auteure investit les pensées de JésusPoursuivre la lecture de « Quand le temps nous manque… »

Portrait mordant d’une certaine Amérique

Joyce Carol Oates, auteure prolifique (quelque 70 titres), a touché à tous les genres littéraires. De son œuvre, je connais essentiellement les romans ancrés dans la réalité sociologique américaine (dixit Wikipédia). Et je les ai tous savourés.  Si  Oates a toujours le croc aiguisé contre certains aspects de la société dans laquelle elle vit, dans PetitePoursuivre la lecture de « Portrait mordant d’une certaine Amérique »

À chaud

À peine tournée la dernière page, je ne peux m’empêcher de vous parler de ce magnifique roman, Après la mer, d’Alexandre Feraga. Un bonheur d’autant plus apprécié que je n’avais aucune attente à son égard. En effet, j’avais choisi ce bouquin au pif, pressée d’alimenter ma liseuse avant le départ pour un week-end à Montréal.Poursuivre la lecture de « À chaud »

Survivre

L’effondrement Dans la forêt, c’est là que vivent, Nellie et Eva, avec leur père enseignant et leur mère tisserande et potière à domicile. Nellie se prépare à rentrer à Harvard et Eva, à joindre la troupe de ballet de San Francisco. À 50 kilomètres d’une petite ville de Californie, la famille tente de s’adapter aux changementsPoursuivre la lecture de « Survivre »

Rester sur sa faim.

Le dernier Café littéraire auquel j’ai assisté aux Correspondances d’Eastman avait pour titre Ravies par l’Autre et réunissait quatre femmes à la production pour le moins hétéroclite. Gabrielle Giasson-Dulude est l’auteure d’un essai sur le mime, Katherine Georges est romancière et a reçu le prix du Gouverneur général pour De synthèse, Elsa Pépin a dirigéPoursuivre la lecture de « Rester sur sa faim. »

Biz, l’écrivain engagé

Il y a des gens qu’on prend un réel plaisir à écouter. Biz est de ceux-là. Bien sûr parce qu’il a la parole généreuse, abondante et vivante. Mais aussi parce qu’il nous parle un langage dans lequel nous nous reconnaissons. Rappelons que Biz faisait partie du groupe Loco Locass, un groupe de hip-hop québécois, formé de Biz, Batlam et Chafiik. Il estPoursuivre la lecture de « Biz, l’écrivain engagé »

Les Correspondances : classe de maître

La beauté des Correspondances d’Eastman, c’est de nous faire découvrir des auteurs et des univers qui nous sont totalement étrangers ou qui nous sont peu familiers. C’est ce qui s’est passé dans cette classe de maître (qui n’en était pas tout à fait une, mais plutôt une entrevue) avec Karoline Georges, interviewée par Marie-France Bazzo,Poursuivre la lecture de « Les Correspondances : classe de maître »

Les livres, essentiels dans la trousse de survie

Le mois d’août, c’est la saison des bleuets et des Correspondances d’Eastman. Là où se laisse cueillir la parole d’auteurs habités par la passion de l’écriture, de la transmission, de la poésie, de la fiction, du monde scruté à la loupe des mots. Je suis venue y faire ma cueillette annuelle. Et la première talePoursuivre la lecture de « Les livres, essentiels dans la trousse de survie »

%d blogueurs aiment cette page :